fbpx

[Interview] Gloria Bella Ouma, Avocate de la jeunesse au Kenya

Partager ce poste

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[Interview] Gloria Bella Ouma, Avocate de la jeunesse au Kenya

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Gloria Bella Ouma. J’ai 20 ans et je travaille en tant que chargée de plaidoyer. Je suis également actrice et évolue dans le milieu du théâtre où j’utilise mes compétences pour impliquer les jeunes.

Grâce à mon travail de plaidoyer, je sensibilise les jeunes à certains risques comme la toxicomanie. J’essaie d’impliquer les jeunes dans différentes activités et de les aider à trouver leur voie, à développer leur talent. Je propose des ateliers de théâtre et aide ces jeunes à monter sur scène et parler devant un public. J’écris aussi des petites pièces et je me rends dans plusieurs écoles de ma communauté afin d’aider les jeunes à travers la lecture et le théâtre.

Ce qui est significatif à mes yeux, c’est d’entreprendre des activités avec les jeunes de façon à les autonomiser. Cela peut passer par de nombreuses disciplines telles que l’art, le sport, le développement personnel… Ce qui compte, c’est que nous réalisions ces activité ensemble.

  • En quoi le COVID-19 a affecté votre région et votre travail ?

C’est très triste mais je vois beaucoup de jeunes tomber dans la pauvreté. Ils perdent leur emploi et sombrent dans la drogue dont ils ont beaucoup de mal à sortir. Je vois aussi des jeunes qui sont contraints de voler par manque d’argent pour la nourriture et les fournitures. J’espère que l’emploi va repartir afin que cela cesse.

A travers le théâtre je peux les sensibiliser et ouvrir le dialogue avec eux. Il est malheureusement difficile de faire mon travail actuellement parce que les écoles sont fermées.

  • Qu’est-ce qui vous motive à faire ce travail ?

Tout d’abord, j’adore jouer, c’est ma passion dans la vie !

Je parviens à toucher de nombreuses personnes et je pense que c’est formidable de parler à ces jeunes et d’entendre leurs expériences. J’apprends à mieux les connaitre : leurs pensées, leurs préoccupations, les défis auxquels ils sont confrontés… Cela aide à bâtir les solutions dont ils ont besoin. Je souhaite pouvoir continuer ce travail et inspirer les jeunes à faire entendre leur voix. Grâce au théâtre, ils seront beaucoup plus à l’aise pour parler devant un public. J’espère que mes sessions et ateliers les motiveront à faire entendre leur voix !

Abonnez-vous à notre newsletter

pour découvrir les dernières actualités de nos programmes de santé en Afrique et de nos actions de plaidoyer en France.

Plus d'articles

Share This