fbpx

[Interview] Marième Sané, Superviseure de zone sur le projet Cellal E Kisal au Sénégal

Partager ce poste

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[Interview] Marième Sané, Superviseure de zone sur le projet Cellal E Kisal au Sénégal

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Marieme Sané et suis sage-femme assistante diplômée d’Etat. J’ai travaillé dans le corps médical sénégalais pendant 8 ans avant d’évoluer dans le secteur des ONG. J’ai connu Amref Health Africa à travers les réseaux sociaux qu’ils utilisent pour communiquer sur leurs projets. Cela m’a intéressé car ils travaillent pour une amélioration de la santé en Afrique et apportent des solutions concrètes, c’est important.

  • En quoi consiste le projet Cellal E Kisal ?

Cellal E Kisal a pour objectif de réduire les risques pré et post-natals des mères et des enfants au Sénégal. Nous intervenons dans la région de Kolda en Casamance. Là-bas la majorité de la population vit à plus de 5km d’un centre de santé. Cette zone figure parmi les régions sénégalaises les plus mal positionnées en termes d’indicateurs de santé.

Ce projet permet un suivi rapproché des femmes en âge de reproduction, des femmes enceintes et des enfants de 0 à 5 ans, via un dispositif d’outils numériques interconnectés. Par exemple, les agents de santé communautaire font le lien avec les structures de santé et les populations grâce à une application mobile. Celle-ci permet la collecte et le transfert de données sanitaires, le rappel des rendez-vous pour les consultations pré et post-natales, le suivi de croissance, la vaccination…

  • Quelle est votre mission au sein d’Amref Health Africa ?

Je travaille avec Amref depuis 5 ans maintenant. J’ai eu l’occasion de travailler pour deux projets : Capital Santé et Cellal E Kisal, en tant que superviseure des activités communautaires. Mon rôle est d’être au plus proche des communautés, à l’écoute de leurs besoins et d’identifier les problématiques de santé.

Pour Cellal E Kisal, je supervise et planifie toutes les activités des professionnels de santé (infirmi.ère.er.s – sage-femmes) et des agents de santé communautaires dans les trois districts de la région de Kolda.

  • Quel a été l’impact du projet Cellal E Kisal depuis sa mise en place en 2015 ?

Depuis qu’Amref est là, les taux de consultations pré-natales et post-natales ainsi que le taux de vaccination ont augmenté. Nous avons fait des évaluations avant et après : les indicateurs de santé se sont améliorés.

  • Le projet s’est-il adapté au contexte sanitaire lié à la covid-19 ?

Oui, dernièrement au sein d’Amref, je contribue à la riposte contre la pandémie de Covid-19. Je participe à la mise en œuvre des activités communautaires d’Amref dans la lutte contre la pandémie. L’ONG appuie la réponse nationale mise en œuvre par le gouvernement.

Abonnez-vous à notre newsletter

pour découvrir les dernières actualités de nos programmes de santé en Afrique et de nos actions de plaidoyer en France.

Plus d'articles

Share This