CELLAL E KISAL 

Localisation Sénégal
Durée Avril 2015 – Avril 2018
Partenaires financiers Club Santé Afrique, Agence Française de Développement, Coopération Monégasque
Partenaire opérationnel Handicap International

LE CONTEXTE

 

La région de Kolda figure parmi les régions sénégalaises les plus mal positionnées en termes d’indicateurs de santé. Elle enregistre des taux de mortalité maternelle, infantile et infanto-juvénile nettement supérieurs aux moyennes nationales : en 2013, pour 100 000 naissances vivantes, 588 femmes mourraient des suites de leur grossesse ou de leur accouchement (contre 434 au niveau national) ; et pour 1 000 naissances vivantes, plus de 100 enfants mourraient dans la première année (contre 53 au niveau national) et plus de 157 avant l’âge de 5 ans (contre 78,7 au niveau national) (ANSD RGPHAE 2013). La proportion de femmes accouchant à domicile est aussi supérieure à la moyenne nationale (56,6% contre 26,8%) (EDS-MICS 2012).

Ces ratios s’expliquent par des barrières géographiques et financières (55% de la population est située à plus de 5km de la structure sanitaire la plus proche, 53% des foyers de Kolda vivent en dessous du seuil de pauvreté), un faible niveau d’équipement des structures sanitaires et des ratios de couverture sanitaire (en personnel qualifié et infrastructures) en deçà des normes nationales[1].

La faiblesse de l’offre de soins dans la région génère des carences en termes de prise en charge, en particulier au regard des interventions à haut impact en santé maternelle, néonatale et infantile (SMNI). De même, il n’existe pas de prise en charge adaptée pour les personnes handicapées, bien qu’elles représentent 7% de la population dans la région.

Par ailleurs, du fait de leur éloignement géographique et du faible niveau d’information dont elles disposent au sujet des parcours de soins, on constate un faible taux de fréquentation des structures de santé par les communautés isolées de la région. Les acteurs sanitaires de la région soulignent plus particulièrement un accès inéquitable des femmes et des enfants de 0-5 ans aux soins en lien avec la SMNI, et un déficit d’information concernant la planification familiale.

[1] La Région compte en effet un centre de santé pour 218 564 habitants et un poste de santé pour 13 298 habitants (les objectifs PNDS étant respectivement de 1 centre de santé / 100 000 – 150 000 hab. et 1 poste de santé / 10 000 hab.).

LA STRATEGIE D’INTERVENTION

 

Le projet Cellal E Kisal s’articule autour de deux composantes :

  • le renforcement de l’offre de soins en matière de santé maternelle néonatale et infantile,
  • l’amélioration de l’accès à cette offre des communautés rurales isolées.

Avec l’appui de la Région Médicale, mais aussi des Organisations à Base Communautaire (OCB), il aborde de manière transverse les iniquités d’accès aux soins en lien avec le genre et le handicap de manière à lever les freins liés à ces facteurs de discrimination. Enfin, il s’appuie sur un dispositif technologique intégré, considéré comme un moyen pertinent et efficient pour atteindre son objectif.

Le projet s’appuie sur l’utilisation conjointe de deux plateformes développées par l’AMREF en amont du présent projet : une plateforme de formation à distance des sages-femmes et infirmiers et une plateforme de télémédecine, qui permet d’assurer la téléconsultation[1], la télé-expertise[2], la téléassistance[3] et le suivi de dossiers médicaux numérisés. Il déploie également une valise de télémédecine pour la réalisation d’examens pointus dans des zones reculées (électrocardiogramme, échographie, etc.). Enfin, les agents de santé disposent d’une application mobile pour faire le lien avec les structures de santé (collecte et transfert de données, rappel du calendrier vaccinal, consultations pré/post natales).

[1] Consultation par un professionnel d’un patient à distance.

[2] Echange à distance entre collègues de santé sur le cas de patients.

[3] Dispositif permettant au prestataire de soin d’être assisté à distance par professionnel de santé durant l’acte de soins réalisé sur le patient.

 

LES OBJECTIFS DU PROGRAMME

 

  • Objectif global : Contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans la région de Kolda

 

  • Objectif spécifique : Renforcer l’accès à une offre de services de qualité en santé maternelle, néonatale et infantile à travers le développement et la mise en place d’un dispositif relevant des technologies de l’information et de la communication (TIC)
RESULTATS ATTENDUS PRINCIPALES ACTIVITES
   
Mise en œuvre d’un dispositif         intégré : 6 900 grossesses (20% des grossesses attendues) et 31 000 enfants de 0 à 5 ans (25% des enfants de 0 à 5 ans) enregistrés et suivis chaque année –        Former 75 relais communautaires sur l’utilisation des applications intégrées pour la SMNI dans le cadre du projet, et les doter de téléphones connectés au serveur

–        Equiper les 21 postes de santé ciblés d’un ordinateur et d’une tablette connectés au serveur de télémédecine

–        Mettre à disposition des 3 centres de santé ciblés une valise de télémédecine et 2 ordinateurs connectés à la plateforme de télémédecine

–        Equiper l’Hôpital régional, le CRAO et le CNAO[1] d’ordinateurs connectés à la plateforme de télémédecine

   
Renforcement des compétences des prestataires de soins et des acteurs communautaires –        Définir et intégrer sur la plateforme e-learning des modules de formation en SMNI

–        Former, en présentiel et en e-learning, 50 prestataires de soins (médecins, infirmiers, sages-femmes, agents de santé) sur différentes thématiques reliées à la SMNI et l’inclusion du handicap et du genre dans les services de santé maternelle

   
Amélioration de la demande de services : communication et sensibilisation au niveau communautaire –        Organiser 4 fora communautaires et des sessions de sensibilisation à la planification familiale auprès des femmes et des hommes.

–        Développer des outils de communication sur la SMNI, les déficiences chez la mère, le nouveau-né et l’enfant et le lien entre les inégalités de genre et la SMNI,

–        Diffuser 3 émissions radios par trimestre et des spots radio communautaires

–        Informer et sensibiliser les populations sur les principales étapes du développement psychomoteur des enfants de 0 à 5 ans et les types de déficiences en lien avec la SMNI

   
Renforcement des équipements des points de prestation de services –        Equiper les 3 centres et 21 postes de santé ciblés du matériel nécessaire au suivi des femmes enceintes, des enfants de 0 à 5 ans, au dépistage et à la prise en charge  de déficiences (paralysie cérébrale, pied bot, etc.)

–        Mettre à disposition du CRAO de l’Hôpital de Kolda les équipements nécessaires pour assurer la prise en charge des enfants référés

 
Amélioration de l’offre de services en direction des femmes enceintes, des mères et des enfants de 0 à 5 ans : 95% des femmes enceintes enregistrées accouchent avec l’assistance d’un personnel qualifié ; 95% des enfants enregistrés reçoivent les soins essentiels du nouveau-né, le suivi de leur croissance et une couverture vaccinale –        Assurer les soins prénataux pour les femmes enceintes  et leur suivi par un personnel médical qualifié

–        Assurer le suivi de la croissance du nouveau-né et de l’enfant de 0 à 5 ans dans les postes et les centres de santé et au cours des stratégies avancées, et y organiser des campagnes de vaccination des enfants de 0 à 5 ans

–        Assurer la détection précoce et la référence, des enfants de 0 à 5 ans en situation de déficience, à partir d’une visite médicale annuelle dans les établissements pré-scolaires

[1] Centre Régional d’Appareillage et d’Orthopédie et Centre National d’Appareillage et d’Orthopédie

 

LA ZONE D’INTERVENTION

 

Le projet Cellel E Kisal est mis en place dans la Région de Kolda. Située en Haute-Casamance, dans le centre-sud du Sénégal, il s’agit de l’une des 14 régions administratives du pays.