PROGRAMME INTÉGRÉ DE SANTÉ INFANTILE VIA LA MÉDECINE MOBILE

Zones d’intervention : Sénégal (régions de Kolda, Sédhiou et Tambacounda) et Guinée Conakry (préfectures de Koundara, Labé et Mali)

Année de lancement : mars 2014

Objectifs : Améliorer la santé infantile à travers l’offre de services promotionnels, préventifs, curatifs et chirurgicaux auprès des enfants de moins de 5 ans et d’âge scolaire (5-12 ans).

Nombre de bénéficiaires : Plus de 100 000 enfants et 100 000 femmes

Partenaire financier : Cartier Charitable Foundation

Contexte

L’Afrique de l’Ouest enregistre le taux de mortalité des moins de 5 ans le plus élevé au monde, avec 118 décès pour 1 000 naissances vivantes. Ces décès sont principalement le fait des maladies évitables telles que le paludisme, les infections respiratoires, les maladies diarrhéiques et la malnutrition. Les conséquences de multiples épisodes de maladies sont lourdes : maladies chroniques, handicap moteur et/ou psychomoteur. En plus des répercussions sur la santé, chacune de ces pathologies impactent la vie sociale, scolaire et intime de ces enfants. L’AMREF met en œuvre au Sénégal et en Guinée Conakry un programme intégré via la médecine mobile pour améliorer la santé des enfants.

Actions

Les activités menées dans le cadre de ce programme sont le renforcement des capacités des prestataires de soins et agents de santé communautaires, une offre décentralisée de soins médicaux et chirurgicaux, bénéficiant ainsi aux populations vivant dans les zones rurales particulièrement isolées. L’objectif est de donner accès à des prestations de soins de santé et éliminer les causes principales de morts infantiles.

Résultats

Formation des prestataires de soins et agents de santé communautaire :

• 249 prestataires de santé formés à la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (113 membres d’Organisations Communautaires de Base, 62 agents de santé et matrones et 50 dispensateurs de soins à domicile)

• 74 prestataires de santé formés durant les camps de chirurgie à la prise en charge et au suivi post opératoire des enfants opérés de pathologies chirurgicales lors des camps

Prise en charge adéquate sur les pathologies médicales et chirurgicales :

• 8 camps chirurgicaux menés : 326 enfants opérés de pathologies ORL, de fente labio-platine et de cataracte

• 10 465 enfants consultés et traités au niveau des écoles et postes de santé sur des maladies respiratoires aigües, des infections parasitaires et toutes autres pathologies infantiles nécessitant des soins de base

• 338 enfants bénéficiant d’un programme élargi de vaccination et de supplémentation en vitamine A

• 104 772 enfants de 3 mois à 10 ans bénéficiant de traitements de prévention du paludisme saisonnier grâce à des visites à domiciles

Sensibilisation de la population ciblée :

• 7 930 élèves sensibilisés aux bonnes pratiques d’hygiène et de santé via un pack éducatif, dans 37 écoles partenaires au Sénégal

• 102 269 femmes en âge de procréer sensibilisées à la prise en charge de l’enfant, la grossesse à moindre risque, l’accouchement sécurisé, la prévention et la prise en charge de la fistule via des spots radio, lors de visites à domicile, causeries éducatives et mobilisations communautaires

Perspectives

Le programme est un cours d’extension à d’autres régions du Sénégal et à la Guinée Conakry, mis en place en partenariat avec des écoles primaires. Le projet de santé infantile au Sénégal et en Guinée Conakry a été développé de février à décembre 2015. Les résultats obtenus ont été très prometteurs, c’est pourquoi, le projet a été renouvelé pour une durée de 3 ans et débutera au second semestre 2016.

Investir sur la santé et l’éducation des enfants d’aujourd’hui, c’est investir sur une Afrique en bonne santé demain. Pour maximiser l’impact sanitaire de nos action, nous intégrons dans nos projets dédiés aux enfants l’offre de soins de base et d’opérations chirurgicales, la prévention et le traitement des principales épidémies qui sévissent dans nos zones d’intervention, la réduction des maladies hydriques via l’accès à l’eau potable et les bonnes normes d’hygiène, la prévention de la malnutrition. Seule une action globale permet ainsi une réduction significative des maladies infantiles et de l’absentéisme scolaire.

Silvia Tolve, responsable Programmes et Partenariats